Search
en-USfr-CA

La Fédération des Aînés Fransaskois (FAF) contribue à la vitalité de la communauté fransaskoise en favorisant le développement et l'épanouissement des personnes âgées et retraitées francophones et francophiles de 50 ans et plus de la Saskatchewan. La FAF regroupe 13 clubs d'âge d'or ainsi que des membres individuels.

Contactez-nous si vous désirez devenir membre ou en savoir plus sur la FAF.

 

Nouvelles

Carton vert pour une aînée de Ponteix

Carton vert pour une aînée de Ponteix

Annette Labelle a mis en place un système de couleurs pour alerter les passants en cas de besoin.

Annette Labelle a mis en place un système de couleurs pour alerter les passants en cas de besoin.

Photo : Courtoisie
PONTEIX - Vert si tout va bien, rouge quand on a besoin d’aide. À Ponteix, la couleur affichée derrière la fenêtre d’Annette Labelle prend tout son sens en cette période de confinement. Vers la mi-mars, cette aînée de 70 ans décidait avec son mari de rester le plus possible chez elle. Elle a alors eu l’idée d’utiliser un papier de couleur pour communiquer avec le monde extérieur. Une initiative citoyenne qui met en lumière l’entraide envers les aînés, souvent plus isolés.

L’idée est simple mais encore fallait-il y penser. Lorsque le premier cas présumé de COVID-19 a été décelé en Saskatchewan le 12 mars dernier, beaucoup avaient déjà pris les devants et limité les déplacements à l’extérieur.

C’est le cas d’Annette Labelle et de son mari de 90 ans, Laurent Desrosiers, qui se tiennent informés depuis le début des évolutions de la pandémie. D’ailleurs, c’est en consultant les médias que lui vient l’idée de son initiative : « J’ai vu des gens qui ont écrit de beaux messages sur des vitres, c’est comme ça que j’ai eu l’idée. »

Elle décline alors le concept sous la forme d’un carton pouvant prendre deux couleurs : vert ou rouge. Pour comprendre leur signification, Annette évoque métaphoriquement les feux de circulation : « C’est comme les lumières quand on circule dans le trafic : si c’est vert, on peut avancer, tout va bien, et puis si c’est rouge, faut s’arrêter. »

Celle qui vit dans la résidence coopérative pour aînés de Ponteix égrène une liste de situations justifiant l’utilisation d’un carton rouge : tomber, être malade, avoir besoin d'épiceries, avoir besoin d’aide pour aller chercher le courrier, avoir besoin d’un repas, appeler l'ambulance si personne ne répond…

L’entraide comme motivation

Si un carton rouge ne remplacera jamais les services d’urgence, Annette Labelle sait qu’elle doit composer le 911 si elle le peut. Malgré tout, elle estime que « le geste est assez positif, que ça rassure les gens qui vivent à intérieur le confinement ».

Pour Annette et ses amis de sa tranche d’âge à Ponteix, les choses ont beaucoup changé depuis le début du confinement. Elle vit la situation avec une certaine mélancolie : « Je ne peux pas aller les voir. J'appelle, mais je n'ai pas toujours une réponse. Cela m'inquiète. Avant, j'allais cogner, maintenant je ne sais pas trop quoi faire. »

La solution des cartons, elle la voit comme une façon de s’entraider entre voisins et de s’enquérir d’un coup d’œil de la condition des aînés. Surtout pour ceux qui n’ont pas de famille dans le coin : « Quand, nous autres, nos enfants sont à Saskatoon et à Regina, ils ne peuvent pas venir nous aider si quelque chose arrive », souligne-t-elle.

Une communauté aux aguets

À Ponteix, Annette a communiqué sur son initiative auprès de ses connaissances francophones comme anglophones et a demandé de passer le mot au plus grand nombre. Pour qu’une telle initiative fonctionne, il faut bien entendu que les gens sachent identifier et réagir face à un carton rouge.

Annette se dit chanceuse d’être entourée d’une communauté bienveillante. Elle cite notamment les ambulanciers : « Moi, je suis chanceuse, dans la coopérative d’habitation j’en ai un qui vit face à face avec nous autres […] donc il tient un œil sur mon papier. »

Morgan Palmer est un jeune ambulancier anglophone de 21 ans qui travaille depuis 1 an et demi à Ponteix pour le service « Hutch Ambulance ». Il est de ceux qui gardent un œil sur le carton d’Annette. Il n’avait pas entendu parler de cette initiative, mais sa grand-mère vivant à Yorkton a recours depuis longtemps à un système équivalent en raison de problèmes de santé. Aussi, il a très vite interprété ce carton vert inattendu : « J’ai cru comprendre ce que c’était quand je l’ai vu accroché à la fenêtre. » [Traduit de l’anglais]

Annette peut également compter sur la communauté fransaskoise. Elle pense notamment au directeur de l’école Boréale de Ponteix, Amadou Touré, « venu faire le tour ici pour voir si tout allait bien parce qu’il savait à propos de mon carton vert. Ça fait plaisir que les gens prennent un tour du village à pied et prennent le temps de regarder. »

Une initiative qui s’exporte

Ponteix est un village qui compte un peu moins de 600 âmes. Les gens se connaissent bien et le sentiment communautaire est fort, terreau fertile pour que ce type d’initiative puisse germer. Mais qu’en est-il dans les plus grandes villes ? Annette a son avis sur la question : « Ça se pourrait que dans les villes vous ne vous connaissiez pas aussi bien, […] mais n’empêche que tu peux avoir un réseau dans ton petit coin où tu vis. »

La porte est donc ouverte à tous. L’idée semble d’ailleurs s’être propagée à travers le Canada avec des témoignages équivalents venus de Mirabel au Québec ou encore d’Espanola en Ontario. De quoi ravir Annette qui confie en aparté : « Quand c’est des bonnes idées, tu espères que ça fleurisse, que ça se propage, et puis que quelqu’un invente quelque chose de meilleur. »

Article précédent Résot'âges: L’isolement du confinement n’est pas une fatalité
Prochain article Les secrets simples du jardinage
Imprimer
1396 Noter cet article:
Pas de note

Please login or register to post comments.

Theme picker

Theme picker


 

Nouvelles de la fédération nationale

Webinaire sur les testaments et les procurations

Webinaire sur les testaments et les procurations

Suite à la demande de plusieurs personnes aînées résidentes en Ontario, une de nos bénévoles de l'Ontario formée sur le sujet accepte de transmettre ses connaissances. Elle sera accompagnée lors de ce webinaire par une intervenante...
Services résidentiels de soins pour les personnes aînées : La Fédération des aînées et aînés francophones du Canada compte sur un plus grand leadership de la part du gouvernement fédéral

Services résidentiels de soins pour les personnes aînées : La Fédération des aînées et aînés francophones du Canada compte sur un plus grand leadership de la part du gouvernement fédéral

Ottawa, 29 mai 2020, suite à la publication de deux rapports de l’armée canadienne concernant les centres de soins de longue durée en Ontario et au Québec, la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC) rappelle l’importance...
Préoccupation des ainés francophones en lien avec la crise dans les résidences de soins au Canada et le rôle du gouvernement fédéral

Préoccupation des ainés francophones en lien avec la crise dans les résidences de soins au Canada et le rôle du gouvernement fédéral

Lettre envoyée au Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau le 20 mai 2020 Le 20 mai 2020 Le très honorable Justin TrudeauPremier Ministre du Canada80, rue WellingtonOttawa, ONK1A OA2 Objet : Préoccupation des ainés francophones en lien avec...
Décès de George Cottreau

Décès de George Cottreau

                                                                                                                                                                                                    George Cottreau- Source: Radio-Canada C'est...
Un pas dans la bonne direction

Un pas dans la bonne direction

Ottawa, 13 mai 2020, l’aide financière aux aînés annoncée par le gouvernement fédéral est un pas dans la bonne direction estime la présidente de la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC), Mme Elizabeth Allard, mais elle est...
RSS
1345678910Dernière

Theme picker

Ce site est hébergé sur
le Portail fransaskois

Fédération des aînés fransaskois

308 4e avenue nord - bureau 213
Saskatoon
S7K 2L7
Tous droits réservés 2020 Coopérative des publications fransaskoises Conditions d'utilisation Déclaration de confidentialité
Back To Top