Search
en-USfr-CA

La Fédération des Aînés Fransaskois (FAF) contribue à la vitalité de la communauté fransaskoise en favorisant le développement et l'épanouissement des personnes âgées et retraitées francophones et francophiles de 50 ans et plus de la Saskatchewan. La FAF regroupe 13 clubs d'âge d'or ainsi que des membres individuels.

Contactez-nous si vous désirez devenir membre ou en savoir plus sur la FAF.

 

Nouvelles

Causerie avec Donald Sirois: Entre amour du français et assimilation

Causerie avec Donald Sirois: Entre amour du français et assimilation

Donald Sirois lors de la causerie Résot'âges, le 14 février 2020

Donald Sirois lors de la causerie Résot'âges, le 14 février 2020

À 80 ans passés, Donald Sirois a vu les effets de l’assimilation au cours des dernières décennies.
Photo: Jean-Philippe Deneault (2020)
SASKATOON - Dans le cadre du projet Résot’âges de la Cité universitaire francophone et de la Fédération des ainés fransaskois, le retraité Donald Sirois s’est interrogé sur la place du français dans ses divers milieux de vie. Le 14 février 2020, à l’occasion de la Saint-Valentin, il a partagé son amour pour la langue de Molière au Relais de Saskatoon.

Le foyer de personnes aînées où Donald Sirois réside, le Columbian Manor de Saskatoon, qu’il appelle affectueusement « le manoir », est un milieu de vie majoritairement anglophone. Malgré son éducation scolaire, familiale et religieuse en français, il constate chez les francophones qu’il côtoie un réflexe à parler en anglais.

Cette situation crée une insécurité à l’égard de son propre usage du français. « Je suis en danger d’en oublier la facilité et la spontanéité. Malgré toutes ces années, je me surprends d’avoir un réflexe anglophone. […] Je me surprends à penser en anglais et je me vois traduire en français, pour me rappeler ce que je voulais dire… en français ! », a-t-il expliqué à la vingtaine d’aînés présents à sa causerie.

Les aléas de l’assimilation

Donald Sirois reconnaît que pour survivre, tous les francophones ont dû apprendre la langue de la majorité. « On voulait s’intégrer dans la majorité, et ce, pour de nombreuses raisons : le travail d’abord, l’accès aux médias qui n’étaient à l’époque qu’en anglais », se souvient-il. Selon lui, cela a fait du français une langue dépassée, surtout pour les plus jeunes générations. Le terrain était ainsi fertile à l’assimilation. « Nous parlions spontanément l’anglais ! », lance-t-il.

L’octogénaire prend pour exemple sa propre famille, qui se rassemble annuellement au jour de l’An depuis son arrivée à Vonda en 1909. « Cette année, nous étions 125. Nous chantions tous Mon Dieu bénissez la nouvelle année, on a fait le bénédicité en français et en anglais. Mais après ça, ‘welcome to England !, tout se passe en anglais, remarque-t-il. Ma nièce aînée commençait ses phrases en français pour les terminer en anglais. Pourquoi ? Car sur les 125 convives, une quarantaine ne parlaient que l’anglais. »

Un changement d’attitude chez les plus jeunes ?

Les statistiques sont pourtant encourageantes d’après Donald Sirois. Il mentionne que plus de 60 000 étudiants apprennent le français dans les écoles de la Saskatchewan. Il a espoir que « les parents de demain » n’auront pas peur de s’exprimer en français comme ce fut le cas pour leurs grands-parents.

Cet engouement pour la langue française serait selon lui en partie dû aux avantages du bilinguisme dans l’ensemble du pays, « et pas juste à Ottawa, au Québec et au Nouveau-Brunswick ». Par ailleurs, le Fransaskois observe que la majorité linguistique a aujourd’hui moins peur du français parlé publiquement. « Je reconnais que la population plus âgée, comme moi, changera peu à cet égard, déplore-t-il. Chacun et chacune d’entre nous a sa force, ses convictions, permettant de participer à sa façon à ce changement d’attitude chez nous en Saskatchewan », insiste-t-il.

La part de chacun

Pour Donald Sirois, parler français dans les divers milieux de vie est d’une importance capitale. Il cite à titre d’exemple les rencontres familiales. « Lorsque les enfants entendent les membres plus âgés parler français, cela suscite un questionnement et une curiosité chez eux par rapport à la langue de leurs ancêtres. »

Il explique qu’au manoir où il réside, environ une vingtaine de personnes parlent le français. « Quand nous nous croisons dans les corridors, les bonjours se font en français… exprès ! », dit-il, suscitant un rire dans la salle. Pour garder la forme, il a adopté l’habitude quotidienne d’écrire au moins une demi-heure en français dans un journal. Il répond également au téléphone en disant « bonjour » avant même de savoir à qui il parle. Enfin, même si « [s]a vision n’est plus ce qu’elle était, la lecture de L’Eau vive s’impose ! », martèle-t-il.

Pour Donald Sirois, la contribution communautaire passe d’abord par la participation à des activités que l’on aime. Il a pour sa part fondé l’Association des golfeurs amateurs fransaskois, monté des spectacles musicaux dans le cadre du festival multiculturel Mosaic à Regina et fondé une ligue francophone de ballon sur glace.

« Lorsque nous avons monté le spectacle communautaire Mon homestead, mon amour, ce fut un des plus grands succès de ma vie ! », dit-il, la voix pleine d’émotion. Le retraité insiste sur l’importance d’apprendre à se connaître et surtout de contribuer à des activités que l’on affectionne. La présentation fut suivie d’un échange visionnable sur la page Facebook de la Cité universitaire.

Article précédent De nouveaux projets intergénérationnels
Prochain article L’art d’ouvrir un bocal
Imprimer
953 Noter cet article:
Pas de note

Please login or register to post comments.

Theme picker

Theme picker


 

Nouvelles de la fédération nationale

Arc-en-ciel de l'espoir

Arc-en-ciel de l'espoir

 Élizabeth Allard, présidente de la FAAFC et grand-maman nous dit que ça va bien aller!
Mars, Mois de la prévention de la fraude- Attention à la fraude sur le coronavirus

Mars, Mois de la prévention de la fraude- Attention à la fraude sur le coronavirus

Attention à la fraude sur le coronavirus, soyez vigilant En même temps que la COVID-19 se propage, une nouvelle fraude fait son apparition et se répand rapidement. Les fraudeurs profitent de l’inquiétude, du stress et de la désinformation des...
COVID-19

COVID-19

La Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC)  demande à ses membres ainsi qu’aux aînés de prendre toutes les précautions possibles pour se protéger contre le COVID-19. Il a été démontré que le COVID-19 se propage le plus...
Mars, Mois de la prévention de la fraude - La fraude du besoin urgent d'argent

Mars, Mois de la prévention de la fraude - La fraude du besoin urgent d'argent

La fraude du besoin urgent d'argent ou l’« escroquerie des grands-parents » Qu’est-ce que c’estUn appel ou un courriel d’une personne qui mentionne être un ami ou un membre de la famille qui a des ennuis et qui a besoin d’argent immédiatement...
Mars, Mois de la prévention de la fraude

Mars, Mois de la prévention de la fraude

Tous les ans, des centaines de milliers de Canadiens sont victimes de fraudes. La majorité d’entre eux se pensent à l’abri. La fraude, c’est quoi« La fraude, c'est gagner de façon malhonnête la confiance d'une personne dans le but de lui...
RSS
1345678910Dernière

Theme picker

Ce site est hébergé sur
le Portail fransaskois

Fédération des aînés fransaskois

308 4e avenue nord - bureau 213
Saskatoon
S7K 2L7
Tous droits réservés 2020 Coopérative des publications fransaskoises Conditions d'utilisation Déclaration de confidentialité
Back To Top